Sommaire

Destruction du tissu de certains muscles, la rhabdomyolyse nécessite une prise en charge médicale rapide. Découvrons ses causes, symptômes et traitements.

Rhabdomyomlyse : destruction musculaire

La rhabdomyolyse correspond à la destruction de cellules musculaires des muscles striés, c'est-à-dire les muscles permettant la mobilité volontaire.

Elle s'accompagne de la libération du contenu des cellules dans le sang, notamment :

  • de potassium,
  • d'acide urique,
  • d'enzymes (aldolase, créatine phosphokinase...) et autres protéines (myoglobine),
  • de phosphates.

La rhabdomyolyse se traduit par différents signes qui se manifestent tout d'abord au niveau des muscles : des douleurs qui se manifestent spontanément ou en cas de contact, une faiblesse, des œdèmes.

Des manifestations cutanées peuvent également apparaître sous la forme d'érythème (plaques rouges) et de zones de peau insensibles. Les urines prennent une teinte foncée et le volume sanguin total diminue (hypovolémie).

La libération de myoglobine dans le sang notamment peut endommager le rein, et entraîner une insuffisance rénale aiguë. La destruction du tissu musculaire affecte également d'autres organes, comme les poumons et le cœur. Si la situation n'est pas maîtrisée, elle conduit le patient vers le coma et peut être léthale.

Causes de la rhabdomyolyse

Différentes circonstances peuvent conduire à la survenue d'une rhabdomyolyse.

Origine traumatique

Une rhabdomyolyse peut être la conséquence de l'un des traumatismes suivants :

  • Le « crush syndrome » ou « syndrome de compression » survient après un écrasement prolongé des muscles pendant plusieurs heures qui les prive d'une bonne irrigation sanguine. Il peut se produire lors d'un accident de la circulation, au cours d'une catastrophe naturelle lorsque des personnes sont ensevelies par des éboulements, etc.
  • Une électrocution.
  • Une brûlure, etc.

Origines non traumatiques

En dehors d'un traumatisme, différentes situations peuvent engendrer une rhabdomyolyse :

  • Une infection :
    • Virale : grippe, parainfluenza (virus respiratoire), coxsackie virus, virus d'Epstein-Barr, adénovirus, VIH, cytomégalovirus.
    • Bactérienne : bactérie Legionella (légionellose), bactérie Borrelia burgdorferi (transmise par une piqûre de tique à l'origine de la maladie de Lyme), Francisella tularensis (tularémie), Escherichia coli, Salmonella (salmonellose).
    • Parasitaire : Trichinella spiralis (trichinellose), Toxoplasma gondii (toxoplasmose), etc.
  • Une intoxication :
    • Médicamenteuse, liée à la prise de statines (pour abaisser le taux de cholestérol), d'antidouleurs opioïdes, d'anti-inflammatoires non stéroïdiens, de benzodiazépines, de traitements antirétroviraux, d'antidépresseurs...
    • Consécutive à la consommation de drogues comme la cocaïne ou les amphétamines, ou d'alcool.
    • Par des champignons , notamment des tricholomes équestre ou « bidaou » (Tricholoma equestre) ou doré (Tricholoma auratum).
  • Un problème métabolique, associé à des maladies héréditaires.
  • Un effort physique trop intense.

Rhabdomyolyse : traitements

La prise en charge d'un patient atteint de rhabdomyolyse passe généralement par :

  • la pose d'une perfusion contenant une solution saline visant à compenser la perte de volume sanguin ;
  • une alcalinisation des urines ;
  • éventuellement une dialyse ;
  • dans de rares cas, une chirurgie de la région lésée.

Pour aller plus loin :

Ces pros peuvent vous aider