Sommaire

Également appelées "fourmillements", les paresthésies peuvent être fréquentes et banales ou bien être le reflet d'un problème plus sérieux.

C'est pourquoi il ne faut pas les négliger mais chercher à en déterminer la cause avant de les traiter. On fait le point sur la paresthésie dans notre article.

Définition d'une paresthésie

Une paresthésie est une sensation anormale à la surface de la peau sans qu'il y ait pour autant de contact. Il s'agit le plus souvent d'un trouble désagréable mais qui n'est pas douloureux.

Les symptômes classiques vont du fourmillement plus ou moins étendu à des picotements voire une sensation de brûlure en passant par toutes sortes de piqûres, sensations de moiteur ou au contraire de froid.

On peut les ressentir dans diverses parties du corps, en particulier les membres et dans leurs extrémités. Pour cela, si elles persistent au-delà d'une cause circulatoire ou de froid intense, il ne faut pas hésiter à consulter.

On distingue les paresthésies ponctuelles et les paresthésies chroniques dont les symptômes persistent.

Paresthésie : quelles causes ?

Les causes d'une paresthésie peuvent être très nombreuses. En premier lieu, elle peut simplement être due à une circulation sanguine "coupée". Aussitôt rétablie, les fourmillements disparaissent peu à peu. Elles peuvent également apparaître suite à une hyperventilation, une exposition au froid ou lors d'attaques de panique.

Mais une paresthésie peut également trouver sa cause dans une maladie neurologique ou métabolique. Ces maladies pouvant avoir des degrés de gravité divers.

Parmi les nombreuses pathologies pouvant entraîner une paresthésie :

  • des maladies neurologiques : sclérose en plaques, AVC, etc. ;
  • des maladies métaboliques : hypoglycémie, hyperthyroïdie, diabète, alcoolisme, etc. ;
  • la toxicité d'un traitement médicamenteux : produits de cancérologie, médicaments opioïdes ;
  • des syndromes compressifs : syndrome du canal carpien par exemple ;
  • les tumeurs ;
  • les traumatismes ;
  • les infections ;
  • des carences nutritionnelles : en vitamines B12, B5, etc. ;
  • des pathologies articulaires : arthrite rhumatoïde par exemple ;
  • des maladies auto-immunes : syndrome de Guillain Barré ;
  • des maladies virales comme le zona ;
  • des intoxications au mercure, par radiation...

Traitement des paresthésies

Une fois établie la cause de la paresthésie par l'intermédiaire d'analyses sanguines, d'examens radiologiques (IRM, Cat-Scan), d'une ponction lombaire ou d'une biopsie, on pourra établir un traitement.

À la fois banales et pouvant relever de pathologies graves, les paresthésies ont des causes très variées. Pour les traiter, il faut commencer par en établir les causes de même que leurs conditions de survenue, les facteurs déclenchants, leur durée et les signes d'accompagnement. Une fois établi le diagnostic, on pourra enclencher un traitement adapté.

Pour aller plus loin :

  • Les paresthésies peuvent être liées à un zona : découvrez-en les causes et les symptômes.
  • Comment diagnostiquer et traiter la sclérose en plaques ?
  • Apprenez à reconnaître un AVC et à réagir face à cette urgence.

Ces pros peuvent vous aider