Sommaire

Nombreuses sont les personnes à souffrir d'une tendinite du coude, appelée épicondylite latérale (ou externe). Particulièrement fréquente chez les joueurs de tennis, c'est de là que vient son autre nom, le tennis elbow. De quoi s'agit-il ?

Le point dans notre article.

Tennis elbow : quels symptômes?

L'épicondyle est un relief osseux de l'humérus (os de l'avant-bras). Il existe deux épicondyles, un à la face externe du coude l'autre à la face interne. Les muscles de l'avant-bras s'insèrent sur l'os au niveau des épicondyles grâce à des tendons. Dans le tennis elbow, il y a une atteinte du tendon au niveau de l'épicondyle de la face externe du coude : c'est une tendinite ou épicondylite.

Le symptôme majeur du tennis elbow est la douleur :

  • au toucher sur l'épicondyle externe ;
  • aux mouvements qui sollicitent les muscles insérés sur l'épicondyle externe : tourner l'avant-bras, attraper des objets, lors de la mise en tension du poignet.

La douleur peut apparaître progressivement ou brutalement. L'évolution d'une épicondylite est souvent longue (plusieurs mois), mais ne présente pas de caractère dangereux. 

Diagnostic du tennis elbow

Le diagnostic est clinique, c'est-à-dire que le médecin peut le poser sans avoir recours aux examens complémentaires. Un interrogatoire retrouvant des facteurs favorisant (pratique du tennis, gestes répétitifs de rotation du poignet...) associés à la douleur typique orientera rapidement vers le diagnostic d'épicondylite externe. 

Rarement, une échographie (qui visualise les tendons contrairement à la radiographie) peut être réalisée en cas de doute diagnostic. Cet examen est inutile au suivi.

Qui est concerné par le tennis elbow ?

Il s'agit d'une pathologie très fréquente. Mais contrairement à ce que pourrait laisser penser son nom, le tennis elbow ne touche pas que les joueurs de tennis. Il s'agit même d'une minorité de patients. La cause est souvent professionnelle, avec la répétition de gestes traumatiques :

  • mouvements de la main pour frapper des objets ;
  • mouvements de rotation de l'avant-bras et de flexion du poignet, en force et répétitifs ;
  • mouvements saccadés de lancer.

Ces gestes peuvent générer une épicondylite s'ils sont exécutés dans une mauvaise position, en position fixe, avec une répétition et une force excessive et sans respecter un temps de récupération suffisant entre deux sollicitations. 

Tennis elbow : que faire?

Il n'existe aucun traitement miracle ou rapide. Le patient va devoir s'armer de patience, le traitement de l'épicondylite reposant sur :

  • le repos ;
  • l'attente ;
  • le soulagement de la douleur.

Mise au repos

En cas d'épicondylite il est important de mettre le coude au repos, c'est-à-dire d'éviter tous les mouvements à risque. La tendinite pourra ainsi guérir spontanément.

Il faut alors :

  • respecter un repos sportif complet ;
  • porter les objets lourds avec la paume vers le haut (rotation externe) ;
  • lors d'un effort, le coude doit être fléchi et non tendu (coude au plus près du corps) ;
  • les mouvements de serrage intensif avec rotation de l'avant-bras doivent être évités (vissage).

Si la profession du patient ne permet pas de respecter le repos, le médecin peut prescrire un arrêt de travail

Soulagement de la douleur

Pour soulager les douleurs, plusieurs techniques existent :

  • prise d'antalgiques : les anti-inflammatoires non stéroïdiens calment la douleur mais n'accélèrent pas la guérison ;
  • infiltration de corticoïdes dans le coude ;
  • kinésithérapie ;
  • orthèse (bracelet) anti tennis elbow ;
  • application de froid.

Aucune de ces techniques ne raccourcit la durée d'évolution de la pathologie. 

Le plus important est donc de prévenir l'apparition d'une tendinite, en travaillant sa technique de jeu avec un professeur de tennis, en réalisant les gestes professionnels selon les recommandations...

Chirurgie en dernier recours

Ce n'est que si l'épicondylite externe se révèle résistante aux traitements conservateurs classiques pendant plus de trois mois et que les symptômes sont présents depuis plus de 6 mois qu'on peut envisager un traitement chirurgical. L'embolisation artérielle transcathéter (EAT) se révèle très efficace. Elle consiste à injecter un produit qui va boucher un ou plusieurs des vaisseaux sanguins qui irriguent la lésion.

Une étude japonaise a en effet montré que l'EAT permettait une récupération rapide de la mobilité du bras, de l’épaule et de la main dans les mois qui suivaient l'intervention. Une IRM obtenue 2 ans après l’EAT a par ailleurs montré une amélioration de la tendinose et aucune nécrose, perte de cartilage ou atrophie musculaire n'a été décelée.

Ces pros peuvent vous aider