Sommaire

Le nerf cubital, aussi appelé nerf ulnaire, est un des trois nerfs qui innervent la main. Sa compression, le plus souvent au niveau du coude, peut être responsable de douleurs et de troubles de la sensibilité, souvent très invalidants.

Le point dans notre article.

Causes et symptômes de la compression du nerf cubital

Causes : des modifications anatomiques du coude

Le nerf cubital chemine dans le bras, le long du coude, jusqu'à la main.

L'endroit de compression le plus fréquent est le coude. Cela peut être dû à :

  • un canal constitutionnellement trop étroit ;
  • une fracture du coude déplacée ou mal consolidée ;
  • un kyste du coude ;
  • une pression prolongée et répétée sur cette zone, par exemple l'appui du coude sur un bureau lors de l'utilisation de la souris d'un ordinateur ;
  • rarement, une atteinte directe du nerf, en cas de diabète par exemple.

Selon la cause, la compression peut toucher un seul bras ou les deux.

Mal touchant l'auriculaire et l'annulaire 

Le nerf cubital innerve la partie extérieure de la main (l'auriculaire et une partie de l'annulaire). Ce sont ces doigts qui sont touchés par les symptômes de la compression du nerf cubital.

Ce nerf joue un rôle à la fois sensitif et moteur, ce qui explique l'importance des symptômes associés à sa compression. Il participe ainsi :

  • à la réception des signaux du toucher via les deux derniers doigts ;
  • à la mobilité de ces deux doigts ;
  • à l'activation des muscles concernés.

Symptômes moteurs et sensitifs

En cas de compression du nerf cubital, les symptômes prédominants sont :

  • une diminution de la sensibilité ;
  • des paresthésies (sensations anormales au bout des doigts, fourmillements, décharges électriques) ;
  • une diminution de la force de la main, voire une perte de volume des muscles de la main en cas de stade avancé.

Ces symptômes apparaissent ou sont majorés lorsque le coude est plié ou qu'un choc est provoqué sur sa partie externe. La perte de force de la main est particulièrement ressentie lors de l'utilisation de ciseaux ou en serrant une main.

Diagnostic et traitement de la compression du nerf cubital

Confirmation du diagnostic à l'aide d'un électromyogramme

Le médecin pourra réaliser un premier diagnostic en observant les symptômes de fourmillements et les troubles de la sensibilité ou de la motricité des doigts concernés. Cependant, seul l'électromyogramme (EMG) permettra de confirmer ce diagnostic et de mesurer la gravité de l'atteinte.

L'EMG recherchera également un syndrome du canal carpien parfois associé.

La radiographie du coude recherchera une cause osseuse par exemple.

Traitement simple ou chirurgical selon la gravité de la compression

Si l'atteinte est faible, une attelle nocturne pourra être proposée, ainsi que des conseils sur les bonnes postures à adopter. La prise d'anti-inflammatoires est parfois efficace à court terme.

En cas d'atteinte persistante, le traitement sera chirurgical. On procédera selon les étapes suivantes :

  • une anesthésie loco-régionale le plus souvent (seul le bras est anesthésié) ;
  • l'ouverture de l'arcade dans laquelle le nerf est logé, au niveau du coude ;
  • une immobilisation du coude à 40 degrés pendant 15 jours.

Si le geste est réalisé précocement, la récupération de la sensibilité et de la motricité de la main est complète.

Complications rares

La décompression du nerf cubital est un geste rapide et fréquent. Cependant, certaines complications existent :

  • L'apparition d'un hématome post-opératoire.
  • La contraction d'une infection nosocomiale lors du geste.
  • L'algodystrophie, c'est-à-dire l'apparition de douleurs chroniques associées à des lésions de la peau et à un enraidissement de l'articulation. Il s'agit d'une perturbation de la voie nerveuse de la douleur, de rémission parfois longue.
  • Les complications spécifiques liées à l'anesthésie, très rares.

Ces pros peuvent vous aider