Sommaire

Les douleurs neuropathiques sont ressenties en l'absence de toute agression nocive ou via des stimulations normalement indolores. Elles sont la traduction d'une maladie du système nerveux.

Découvrons ensemble quelles maladies peuvent être reliées à ces douleurs neuropathiques dans notre article.

Différents types de douleurs neuropathiques

La douleur est toujours subjective. La dimension sensorielle de la douleur est indissociable des dimensions affectives, émotionnelles et psychologiques.

On distingue cinq types de douleurs :

  • La douleur par excès de nociception (sensibilité à ce qui est nocif, par extension, à la douleur) est celle que l'on connaît le mieux :
    • elle est provoquée par la stimulation excessive des récepteurs nociceptifs périphériques lors d'une lésion tissulaire, d'une inflammation, d'une stimulation mécanique, thermique ou chimique ;
    • de topographie non systématisée, elle correspond au territoire où se produit la stimulation.
  • La douleur neuropathique est indépendante d'une stimulation douloureuse :
    • elle est toujours en lien avec une lésion du système nerveux ;
    • de topographie systématisée, on parle de territoire de la douleur ;
    • on remarque fréquemment déficit moteur associé.
  • La douleur mixte désigne l'association d'une douleur nociceptive et neuropathique.
  • Les douleurs psychogènes sont des douleurs sans aucun substratum organique. Elles sont rares. Le plus souvent, une douleur organique leur sert de point d'ancrage.
  • Les syndromes douloureux régionaux complexes sont mal connus. Ce sont des douleurs d'origine nociceptive ou neuropathique entretenues « dans un cercle vicieux » et dues à une dysfonction du système nerveux sympathique.

Douleurs et maladies neuropathiques

Les douleurs et maladies neuropathiques relèvent d'une prise en charge spécialisée par un neurologue. La douleur neuropathique présente des caractéristiques bien distinctes : un fond douloureux de type brûlures, torsion et une composante paroxystique (par crise) en décharges électriques.

Cette douleur neuropathique est associée à des troubles de la sensibilité :

  • paresthésies communément dénommées fourmillements ;
  • dysesthésies : diminution ou exagération de sensibilité ;
  • allodynie : douleur déclenchée par un stimulus normalement indolore ;
  • hyperalgésie : sensation douloureuse d'intensité anormalement élevée par rapport au stimulus.

Les maladies responsables de douleurs neuropathiques touchent le système nerveux : cerveau, moelle épinière et nerfs.

Les maladies du système nerveux central les plus couramment responsables de douleurs neuropathiques sont les suivantes :

  • tumeurs et autres cancers du cerveau ou de la moelle ;
  • sclérose en plaques (maladie inflammatoire chronique) ;
  • traumatismes cérébraux et médullaires ;
  • méningites (herpétique et poliomyélite), méningo-encéphalites et myélites infectieuses ;
  • Accident Vasculaire Cérébral : migraines avec aura encore appelées migraines accompagnées ;

Les maladies du système nerveux périphérique les plus couramment responsables de douleurs neuropathiques sont les suivantes : 

  • radiculalgies sur hernie discale (sciatiques) ;
  • polynévrites métaboliques (polynévrites diabétiques) ;
  • polynévrites vasculaires, personnes atteintes d'athérosclérose ;
  • polyradiculonévrites infectieuses (maladie de Lyme) ;
  • polyradiculonévrites inflammatoires (syndrome de Guillain-Barré) ;
  • traumatismes nerveux (arrachement du plexus brachial) ;
  • tumeurs nerveuses (elles sont plus rares).

La survenue d'une douleur suspectée neuropathique nécessite la consultation d'un médecin généraliste qui orientera le patient vers un spécialiste neurologue si nécessaire.

Ces pros peuvent vous aider