Sommaire

L’astérixis, encore parfois appelé flapping tremor, appartient aux myoclonies, mouvements anormaux caractéristiques des atteintes du système nerveux central. L’astérixis correspond à des mouvements involontaires particuliers principalement des mains et des doigts, dits en battements d’aile. C'est un signe spécifique de certaines atteintes du système nerveux central, retrouvées dans les encéphalopathies et certaines intoxications médicamenteuses. Le traitement de la cause permet le plus souvent de juguler ces tremblements.

Toutes les infos dans notre article.

Qu’est-ce que l’astérixis ?

L’astérixis appartient aux myoclonies négatives. Les myoclonies sont de brèves secousses musculaires involontaires, provoquées par :

  • une brusque contraction musculaire dans le cas des myoclonies positives ;
  • une interruption brutale de l’activité musculaire dans le cas des myoclonies négatives comme l’astérixis.

Les causes des myoclonies sont très nombreuses, mais résultent toutes d’une atteinte du système nerveux central et/ou de la moelle épinière. L’astérixis correspond à une relaxation musculaire brève suivie d’un mouvement passif contre la pesanteur. L’astérixis se traduit par des mouvements particuliers, présentant les caractéristiques suivantes :

  • Les mouvements évoquent des tremblements en battements d’ailes. 
  • Les mouvements touchent préférentiellement les membres, notamment les mains. 
  • Les mouvements sont lents, irréguliers et de grande amplitude. 
  • Les mouvements sont des flexions extensions au niveau des poignets et des doigts. 
  • Au niveau des doigts existent également des mouvements latéraux. 

Causes de l’astérixis

L’astérixis est très souvent associé à l’encéphalopathie hépatique caractéristique de l’insuffisance hépatocellulaire (ou insuffisance hépatique). Mais l’astérixis peut également se rencontrer dans d’autres contextes pathologiques :  

  • les autres encéphalopathies métaboliques : l’encéphalopathie respiratoire liée à un excès de dioxyde de carbone dans le sang lors d’une insuffisance respiratoire aigüe ou l’encéphalopathie urémique liée à une insuffisance rénale chronique terminale ;
  • les encéphalopathies toxiques : l’intoxication au lithium (traitement des troubles bipolaires) liée à des surdosages du médicament ou à la survenue d’une autre pathologie au cours de traitement ou les comas toxiques liés à des intoxications médicamenteuses ou à l'exposition à des substances toxiques ;
  • des lésions de différentes régions cérébrales (lésions controlatérales du thalamus, lésions du cortex pariétal ou lésions du putamen). 

Astérixis : diagnostic et traitement

L’astérixis est un signe caractéristique des encéphalopathies. Il est donc recherché dans certains contextes cliniques particuliers (bilan d’une atteinte hépatique, surveillance d’une insuffisance hépatique, intoxication médicamenteuse…).

Pour mettre en évidence un astérixis, le médecin demande au patient en position assise de maintenir les bras tendus devant lui, les mains en dorsiflexion (mains à 90° par rapport aux bras), les doigts écartés. Après un certain temps, le patient atteint d’astérixis présentera les mouvements spécifiques de l’astérixis. Sur un électromyogramme (EMG), l’astérixis est mis en évidence par une courte période d’absence d’activité électrique au niveau musculaire.

Ces pros peuvent vous aider