Sommaire

La sarcopénie est un syndrome associant une diminution progressive, anormale et généralisée de la masse et de la force musculaire induisant une perte des fonctions musculo-squelettiques pouvant être à l'origine d'incapacités physiques et donc de la perte d'une certaine qualité de vie voire d'un décès.

La sarcopénie est une pathologie fréquente, liée au vieillissement et souvent sous-évaluée, avec des conséquences tant au niveau de l'autonomie que sur un plan médico-économique. Faisons le point tout de suite.

Sarcopénie : histoire de la maladie

Au cours du vieillissement, l'organisme subit des modifications physiologiques dans toutes ses fonctions. C'est ainsi que la masse maigre de l'organisme qui correspond essentiellement aux muscles et viscères diminue avec l'âge (jusqu'à 12 kg chez l'homme et 5 kg chez la femme) au profit de la masse grasse.

Cette double modification intervient aux dépends des muscles squelettiques. Ces derniers auront tendance à s'atrophier.

Les muscles constituent la principale réserve en glucides et protides (protéines) utilisable par l'organisme en cas d'apport alimentaire insuffisant.

Ils contiennent 50 % des protéines de l'organisme ; c'est pourquoi il est important d'avoir un apport suffisant en protéines pour maintenir voire développer sa masse musculaire :

  • Avec l'avancée en âge, la transformation des aliments en nutriments (unités assimilables par l'organisme) qui se réalise au cours de la digestion devient de plus en plus difficile.
  • C'est ainsi que chez l'âgé, pour obtenir la même quantité de nutriments assimilables que chez l'adulte jeune, il est nécessaire d'apporter une alimentation suffisamment énergétique voire plus énergétique.
  • Souvent, on croit à tort, que compte tenu d'une activité moindre, l'âgé a moins de besoins alimentaires. Or, ces besoins en énergie, s'ils ne sont pas dus à une importante activité physique, ils deviennent très importants dès lors que la personne est malade (infection, inflammation, geste chirurgical) ou lors de processus de cicatrisation.

Conséquences de la sarcopénie

La diminution de la masse puis de la force musculaire a un impact direct sur la résistance physique et donc sur l'activité de la personne.

Cette dernière sera plus fatigable et hésitera à faire des efforts trop importants :

  • Un cercle vicieux s'installe alors, moins la personne est active, plus elle est fatiguée.
  • La perte d'appétit est également un des effets reconnus.
  • Autre conséquence dont on parle de plus en plus : la chute !

Ainsi, la sarcopénie multiplie par 12 le risque d'ostéoporose (il existerait un lien entre l'ostéoporose et la sarcopénie, c'est-à-dire entre l'os et le muscle), elle multiplie par 2 le risque de chute et par 2,7 le risque de fracture.

La diminution de la masse musculaire s’observe notamment au niveau du bras et du mollet.

Sarcopénie : traitement et prévention

La prévention passe par l'association de la pratique d'une activité physique régulière (2 à 3 fois par semaine) et d'une alimentation suffisamment énergétique et protéinée.

L'apport en protéine nécessaire est de 1 à 1,2 g/kg/jour (alors qu'un adulte jeune n'a besoin que de 0,8g/kg/jour). Ceci correspond à 60 à 72 g de protéines pour une personne pesant 60 kg.

En cas de sarcopénie avérée, il est nécessaire de pouvoir bénéficier d'une kinésithérapie adaptée associée à une alimentation enrichie en protéines avec 1,2 à 1,5 g/kg/jour.

 

Ces pros peuvent vous aider