Sommaire

Les malléoles internes et externes désignent les deux reliefs osseux de la cheville. La plupart du temps, la fracture de la cheville est une fracture malléolaire, dont nous vous détaillons les conséquences et le traitement dans cet article !

Malléole : rappels anatomiques

La cheville est l’articulation des os de la jambe avec ceux du pied :

  • La jambe comprend deux os : le tibia et la fibula (anciennement dénommée péroné).
  • Le tibia est médial (situé en dedans) tandis que la fibula est latérale (en dehors).
  • Tibia et fibula s’articulent, à leur extrémité supérieure avec le fémur et la patella (anciennement dénommée rotule) pour former le genou.
  • À leur extrémité inférieure, ils s’articulent avec un grand os du pied nommé tarse : c’est la cheville.
  • La malléole interne est l’extrémité inférieuretibiale.
  • La malléole externe est l’extrémité inférieure fibulaire.
  • La malléole externe est plus volumineuse, plus basse et plus antérieure que la malléole interne.

L’anatomie de la cheville permet des mouvements dans les trois plans de l’espace.

 

Fractures de malléole

La fracture de cheville est le plus souvent une fracture malléolaire, interne et/ou externe. Il s’agit d’une fracture fréquente car cette articulation subit beaucoup de contraintes mécaniques.

La fracture la plus fréquente chez l’adulte est la fracture bi-malléolaire : les deux malléoles.

Symptômes

Les fractures de cheville surviennent surtout lors de mouvements de torsion.

Les circonstances les plus fréquentes de fracture de cheville sont les suivantes :

  • mauvaise réception d’un saut ;
  • torsion de cheville chez la femme portant des talons hauts ;
  • coup direct porté au cours d’un match de sport collectif.

Plus rarement il s’agit d’une fracture de fatigue, sans traumatisme causal. Elle peut survenir chez une personne en surpoids ou lors d'un entraînement excessif.

La douleur de fracture de cheville rend immédiatement la marche difficile mais il peut arriver qu’elle s’estompe secondairement. Les signes permettant le diagnostic sont :

  • douleur intense et localisée, déclenchée à la palpation ;
  • boiterie voir incapacité totale à poser le pied à terre ;
  • limitation des amplitudes articulaires ;
  • gonflement articulaire ;
  • une déformation, plus ou moins importante, en cas de fracture grave.

Une suspicion de fracture de cheville nécessite une consultation en urgence, avec la réalisation d’une radiographie afin de poser le diagnostic.

Traitement

La radiographie de cheville permet d’estimer si une fracture est déplacée ou non :

  • Si la fracture n’est pas déplacée, le traitement consiste en une immobilisation par un plâtre.
  • Si la fracture est déplacée, alors la chirurgie est nécessaire : mise en place de plaques, de vis et/ou de broches.

Le médecin préconise d’autres moyens thérapeutiques :

  • éviter l’appui pendant 6 semaines ;
  • surélever la jambe ;
  • utilisation de béquilles ;
  • traitement antalgique de type paracétamol ;
  • arrêt de travail ;
  • traitement anticoagulant de type Lovenox en piqûre sous-cutanée si le patient se déplace peu.

À la suite du traitement orthopédique, il faudra suivre des séances de rééducation en kinésithérapie afin de remuscler la cheville.

La reprise du sport ne sera possible qu’une fois que la cheville sera consolidée (parfois plusieurs mois).

Une fracture de cheville nécessite un suivi par un chirurgien orthopédique.