Sommaire

Une ankylose correspond à une raideur et une absence de mobilité, le plus souvent au niveau d’une articulation. Ce blocage articulaire est le plus souvent secondaire à une blessure ou une pathologie articulaire. Des mesures préventives de l’ankylose sont possibles mais le traitement d’une ankylose installée est le plus souvent difficile.

Ankylose : une pathologie douloureuse et handicapante

L’ankylose est une rigidité associée à une raideur, le plus souvent d’une articulation.

Dans certains cas rares, d’autres structures peuvent être touchées, comme par exemple les dents. L’ankylose peut toucher tous les types d’articulations, qui, au lieu de pivoter et de se mobiliser normalement, voient leur mobilité de plus en plus limitée. La raideur est le plus souvent secondaire à une fibrose de la zone articulaire. Une ou plusieurs articulations peuvent être touchées selon la cause.

Les articulations le plus souvent touchées sont :

  • l’articulation du genou ;
  • l’articulation temporo-mandibulaire (c’est-à-dire de la mâchoire) ;
  • l’articulation de la hanche ;
  • les articulations du pied ou de la cheville ;
  • les articulations situées entre les vertèbres.

 

Quelles pathologies peuvent entraîner une ankylose ?

L’ankylose peut être secondaire à des blessures ou des fractures au niveau de l’articulation ayant entraîné une cicatrisation anormale et de la fibrose au niveau articulaire. Les processus inflammatoires articulaires peuvent également causer une ankylose à long terme.

Parmi les pathologies inflammatoires pouvant causer une ankylose, nous pourrons citer :

Certaines causes entraînent des ankyloses de localisation spécifique. La spondylarthrite ankylosante, par exemple, entraîne une raideur de la colonne vertébrale et une diminution de la souplesse et de la mobilité, secondaire à une ankylose des articulations inter-vertébrales.

L’ankylose peut également être causée par certaines maladies génétiques spécifiques très rares.

Quels sont les symptômes d’ankylose ?

Les premiers symptômes sont le plus souvent ceux de la cause. Ils diffèrent donc en cas de blessure ou de fracture, ou encore en cas de maladie inflammatoire articulaire. Ils peuvent être aigus ou chroniques. Dans le cas d’une maladie inflammatoire, il s’agit le plus souvent d’une douleur importante, prédominant le matin et diminuant à l’effort.

La raideur peut s’installer progressivement, ou parfois de manière plus rapide. Elle peut être initialement masquée par la douleur, qui limite la mobilité de l’articulation. Une fois l’articulation bloquée par la fibrose causant l’ankylose, la douleur diminue le plus souvent, du fait de la diminution de l’inflammation locale.

Ankylose : la prévention

Une fois installée, l’ankylose est le plus souvent irréversible. Cependant certaines possibilités thérapeutiques peuvent exister, comme par exemple le remplacement de l’articulation par une prothèse articulaire si nécessaire. Ces alternatives sont privilégiées en cas d’articulation porteuse ou de handicap important, comme par exemple en cas d’ankylose du genou ou de la hanche. Les ankyloses des articulations plus petites ne peuvent le plus souvent pas être remplacées par une prothèse.

Le traitement de l’ankylose est en priorité un traitement préventif en cas de pathologie pouvant conduire à une raideur articulaire. Il consiste par exemple en une prévention des cicatrisations anormales en cas de fracture. La diminution de la période d’immobilisation ainsi que la kinésithérapie peuvent être utilisés. D’autres mesures de prévention seront privilégiées au cas par cas, en fonction de la pathologie causale.

Ces pros peuvent vous aider