Sommaire

 

90 % des claquages ont lieu chez des sportifs au cours d'un effort musculaire.

Le claquage au mollet est un des plus fréquents claquages avec le claquage à la cuisse.

Les footballeurs professionnels sont les sportifs les plus touchés par ce type de blessure musculaire, avant les tennismen pour qui on parle alors de « tennis-leg ».

Claquage au mollet : course ou accélération

Le claquage au mollet (ou triceps sural) a lieu au cours d'un effort musculaire, généralement :

  • une accélération ;
  • ou en pleine course ;
  • plus rarement pendant un saut.

Lors de l'effort :

  • le talon, en touchant le sol, va entraîner le tendon calcanéen (ou tendon d'Achille) qui est le tendon d'attache du mollet au niveau de l'os ;
  • pour limiter l'impact, les fibres musculaires vont se contracter violemment et la brutalité de la contraction va provoquer une déchirure du muscle (généralement en partie inférieure).

Soigner un claquage au mollet : repos et consultation

La prise en charge standard consiste avant toute chose à arrêter l'activité.

Par la suite, il s'agira de :

  • prendre du repos ;
  • appliquer de la glace (ou un sachet de gel réfrigérant) sur la zone, surtout si le mollet est gonflé (pas plus de 10 minutes à renouveler plusieurs fois par jour) ;
  • surélever la jambe ;
  • se faire aider pour se déplacer ou faire en sorte de marcher sur la pointe du pied du côté touché (pour détendre le triceps sural).

Dans tous les cas, un médecin doit être consulté le plus rapidement possible afin d'établir un diagnostic.

Le traitement des claquages est généralement suivi d'une phase de rééducation pratiquée par un kinésithérapeute.

Lire l'article Ooreka