Élongation du mollet

Écrit par les experts Ooreka

L'élongation du mollet est une blessure fréquente chez les sportifs.

L'élongation musculaire touche principalement deux types de muscles de la jambe :

Élongation du mollet : guérison en quelques jours

Crampe au mollet droit pendant la course

Les élongations du mollet sont des blessures extrêmement fréquentes qui surviennent dans 95 % des cas au cours d'une activité sportive.

Heureusement, elles sont généralement passagères et durent rarement plus de quelques jours si on les prend correctement en charge.

La guérison se fait habituellement sans séquelles notables.

Toutefois, si les douleurs durent plus d'une semaine, il est préférable de se rendre chez un spécialiste.

Circonstances d'apparition de l'élongation du mollet

Les élongations surviennent à l'effort et l'élongation du mollet n'échappe pas à la règle.

Elles sont provoquées par l'étirement du muscle triceps sural au-delà de sa limite physiologique.

Cela est généralement dû à un faux mouvement, notamment en cas de fatigue musculaire.

La réaction du mollet est essentiellement inflammatoire contrairement aux cas de déchirure musculaire et de claquage musculaire où la rupture des fibres entraîne une véritable impotence du membre lésé.

Élongation mollet : une douleur qui disparaît au repos

Comme dans toutes les atteintes musculaires de type, l'élongation entraîne une douleur musculaire :

  • la douleur est brutale, mais elle reste moins violente que celle qu'on peut ressentir en cas de claquage, de déchirure et plus encore de rupture musculaires ;
  • elle n'impose pas toujours l'arrêt immédiat et spontané de l'exercice, mais toutes les actions demandant de la vitesse ou des accélérations deviennent impossibles.

Généralement la douleur disparaît au repos pour réapparaître à la reprise de l'activité.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Pas aussi grave qu'une déchirure

L'élongation du mollet se distingue des déchirures plus graves par l'absence :

  • d'hématome ;
  • d'œdème ;
  • d'impotence fonctionnelle importante.

Diagnostic de l'élongation du mollet : examen clinique

Le muscle pourra être dur et sensible à la palpation.

On ne trouve pas toujours le point douloureux, mais l'étirement du mollet est très douloureux.

L'échographie qui est parfois prescrite vise à s'assurer qu'il ne s'agit pas d'une lésion plus grave et surtout qu'il n'y a pas d'hématome intramusculaire.

Traiter l'élongation musculaire : le repos

Même si la douleur est modérée, toute suspicion d'élongation doit entraîner l'arrêt de l'activité : il est primordial d'éviter l'aggravation de la blessure.

Il est possible de placer une poche de glace sur la zone touchée, mais cela est rarement nécessaire du fait de l'absence de douleur et d'hématome.

Le seul véritable remède est le repos.

Des séances de kinésithérapie peuvent permettre d'accélérer le processus de guérison et donc de soigner une élongation plus rapidement.

Reprise de l'activité après une élongation

La reprise du sport est habituellement possible dès que la contraction contrerésistance et l'étirement passif n'entraînent plus de douleur.

La reprise doit :

  • être progressive ;
  • et débuter par un échauffement musculaire minutieux sans accélérations brutales.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Autres sujets sur Ooreka


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
yvon alexis g.

conseiller spécialisé en phytothérapie & huiles es | plantes médicinales et huiles essentielles

Expert

guy roulier

ostéopathe, posturologue, naturopathe, phyto-aroma | naturemania.com

Expert

HB
hassen bouzidi

biologiste medical | lbbm

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Produits



Pour aller plus loin


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.